Obtenir un rendez-vous en France Obtenir un rendez-vous au Canada Obtenir un rendez-vous au Royaume Uni
Accueil gay   Partager ce contenu sur mon réseau social   Coup de coeur   Vous êtes ici : Rencontre > Marseille >
Choisissez votre type d'homme : Jeune - mature - minet - branché - cool - chaud - sportif - musclé - intelligent - cultivé

Ils n'attendent plus que toi :

Guide gay de Marseille :

 

Plus d'infos sur marseille :

Marseille est, après Paris, la deuxième ville la plus peuplée de France, avec 820 900 habitants.

Surnommée la Cité phocéenne, en raison de sa fondation vers 600 avant J.-C. par des marins grecs originaires de Phocée en Asie Mineure sous le nom de Massalia, elle est la plus ancienne implantation urbaine de France.

Elle est également le premier port de France. Située au sud-est de la France, elle est bordée par la Méditerranée à l'Ouest, enserrée par les massifs de l'Estaque au Nord, de l'Étoile et du Garlaban à l'Est et des Calanques au Sud.

Marseille est la préfecture du département des Bouches-du-Rhône et le chef-lieu de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur. Elle abrite l'un des clubs les plus titrés du football français, l'Olympique de Marseille.

Ses habitants sont appelés les Marseillais.

Marseille bénéficie d'une durée exceptionnelle d'ensoleillement, avec près de 2 900 heures de soleil par an et une moyenne d'à peine 100 jours de pluie (moins de 600mm d'eau par an), en partie grâce au mistral qui souffle 90 jours par an et donne au ciel une pureté et une lumière vive caractéristique.

Du grec Massalia (situer l'accent tonique sur le i conformément à la langue grecque), a été fondée par des marins venus de Phocée, Phokaia en grec. Cette racine est toujours associée à la ville de Marseille. Cependant, plusieurs hypothèses sont fournies sur le premier nom de Marseille.
La première concerne l'opinion courante qui donne Mas-Salia, la résidence des Saliens.


Or, si le premier mot est provençal, le second est latin.
Aussi, certains ont penché pour le grec Mασσα (Massa). En effet, les Phocéens avaient pour habitude d'apporter d'Asie Mineure le nom de Massa à des villes, à des châteaux, rivières, etc. On trouve par exemple plus de trente Massa en Italie ; sachant que les mots Mαζα ou Mασα signifient en latin Libum, offrande de gâteaux sacrés.

Quant à la finale λεις , il s'agit d'un formatif des adjectifs, les Marseillais étant des sacrificateurs ; la ville, celle des sacrifices. Massalia devint ensuite Massilia à l'époque romaine puis en occitan provençal: Marselha selon la norme classique ou Marsiho selon la norme mistralienne. On appelle la ville Marsiglia en italien, Marsella en catalan et en espagnol, Marselha en portugais, Marseilles ou Marseille en anglais, Massilien autrefois en allemand (mais Marseille en allemand actuel).

Sa fondation, qui remonte à 600 avant J.-C., est le fait de Grecs venus de Phocée (ville aujourd'hui disparue située en Asie mineure).
La ville fut créée par les Phocéens, qui vinrent la peupler approximativement un siècle après sa création, fuyant les invasions perses en 546 av. J.-C..

Les conditions exactes de la fondation de la ville font défaut à l'histoire de la ville, on ne retient aujourd'hui qu'une légende peu précise. Le territoire aurait été occupé par une tribu, les Nams, qui se seraient implantés vers le village actuel d'Allauch.

Le jour de l'arrivée des Grecs, le chef des Nams organisa un repas pendant lequel sa fille Gyptis eut à choisir son époux en lui tendant une coupe. Les Grecs furent invités à se joindre au banquet et le jeune chef de ceux-ci, Protis, fut choisi, scellant ainsi la fondation d'une nouvelle cité qu'il érigea sur les bords de la corne du Lacydon, le petit fleuve qui débouchait au nord-est du Vieux Port.
Marseille est donc née d´une histoire d´amour.


Les Phocéens se sont rapidement implantés et ont construit une cité résolument tournée vers la mer et le commerce. Ainsi, tout au long de la longue histoire de Marseille, c'est le commerce (et les commerçants) qui décident du sort de la ville : guerres, paix et alliances. La légende de la rencontre et de l'alliance entre le marin Protis (Phocéen) et de la belle Gyptis (Ligure) établit fermement sa tradition de ville commerciale.

En effet, la prospérité et le malheur de la ville sont liés à son port. Pendant longtemps, le puissant empire romain a laissé une relative autonomie au sein de la Gaule narbonnaise à cette cité grecque qui fut réputée pour son enseignement. Exemple de cette prospérité, Marseille fut la première ville de France à disposer d'un système d'égouts. La ville était gouvernée par un directoire de 15 "premiers" choisis parmi 600 sénateurs (Strabon, 4,1,5).

Trois d’entre eux avaient la prééminence et l’essentiel du pouvoir exécutif. Cliente de Pompée et de Jules César, elle refuse de prendre parti entre les deux en -49, tout en accueillant les émissaires de Pompée. Assiégée par trois légions pendant deux mois par César puis par son légat Trebonius, elle est enfin prise (Bellum Civile, livre I, 34-36, etc.).

Les Romains la rattachèrent à la Narbonnaise. À la chute de l'empire au Ve siècle, la baisse du commerce entre les différentes rives de la Méditerranée lui fut fatale.


Marseille est divisée en 16 arrondissements municipaux, eux-mêmes divisés en quartiers (111 au total).

Depuis la loi PLM, les arrondissements sont regroupés par deux en secteurs, et chacun des 8 secteurs a son conseil et son maire, comme les arrondissements de Paris ou de Lyon. Les élections municipales se déroulent par secteur.

Chaque secteur élit ses conseillers (303 au total), dont un tiers siègent à la mairie centrale.

 

Édifices religieux

Notre-Dame de la Garde

Le plus célèbre est certainement la basilique Notre-Dame-de-la-Garde, construite par l'architecte nîmois Jacques Henri Esperandieu en 1870.
La statue en cuivre doré de la "bonne mère", placée au sommet de son campanile dépasse une hauteur de 9 m. Elle est l'oeuvre du sculpteur Eugène-Louis Lequesne.

Le plus grand est la Cathédrale de la Major (1890). L'ancienne cathédrale de la Major, importante église romane amputée de la nef pendant la construction de la nouvelle cathédrale.

Le plus ancien est l'abbaye de Saint-Victor dont la crypte est le lieu de culte le plus ancien de France (300 ap JC) et qui constitue le plus ancien établissement monastique d'occident.

La Basilique du Sacré-Cœur, construite dans la première moitié du XXe siècle (achevée en 1947), située sur l'avenue du Prado, érigée en basilique mineure par le pape Jean-Paul II le 17 septembre 1997.

Sont également remarquables l'église Notre-Dame-du-Mont, l'église des Réformés en haut de la Canebière (1888).

Quartiers et rues célèbres

Le Vieux-Port reconstruit par l'architecte Fernand Pouillon , La Canebière , L'Estaque connu notamment par le film Marius et Jeannette de Robert Guédiguian , Le quartier du Panier.

Monuments

Le Musée de la Vieille Charité , Le Palais Longchamp , Le Palais du Pharo , La Maison Diamantée , L'Hôtel de Cabre , L'Hôtel-Dieu , L'hôtel Noailles fréquenté par Blaise Cendrars, actuellement reconverti en hôtel de police , La gare Saint-Charles , La Cité radieuse de Marseille de Le Corbusier , La place Castellane , Le Stade Vélodrome, où se déroulent les matches de football du club local, l'Olympique de Marseille , Le parc Chanot, où se tient la foire de Marseille en septembre. , L'Hôpital Saint-Joseph , Le vallon des Auffes, Le Château d'If.

Cuisine

Pastis (boisson alcoolisée à base d'épices et d'anis), aïoli (sauce à base d'ail et huile d'olive) qu'on sert avec des légumes, tapenade (Préparation à base de petit morceaux d'olives broyée), bouillabaisse (plat à base de poissons de roche, de sauces et de légumes, en réalité plus toulonnaise que marseillaise), Panisse (galette de farine de pois chiche), navette (petit biscuit très dur et aromatisé à la fleur d'oranger en forme de petite barque), bourride (plat de poisson à base de lotte ou baudroie étuvée).

Littérature

Riche de ses cultures, Marseille a vu naître de nombreux écrivains.

A la fin de l'Antiquité, des érudits comme Victorinus, des moines de Saint-Victor. Au Moyen-Age des troubadours, tel Folquet qui s'illustra ensuite si bassement dans la Croisade. Jean-Baptiste Germain à l'époque baroque...

Pour les temps modernes on peut par exemple citer Victor Gelu, Valère Bernard, Pierre Bertas, Jorgi Reboul, Edmond Rostand, Antonin Artaud, Saint-Pol-Roux, André Roussin, Louis Brauquier, Gabriel Audisio. Pendant l'occupation nazie, Émile Danoën y a publié son premier roman puis a mis en scène la ville dans le deuxième, Rue des enfants abandonnés.

Le genre "polar marseillais" fut initié par un journaliste, Claude Barsotti, qui écrit en occitan (provençal).
"Un papier sensa importància" est paru en 1994 aux éditions de l'IEO, Puylaurens (81).
Les femmes prirent la relève, Amanda Biot et Ysa Dedeau par exemple.

Jean-Claude Izzo illustra la ville dans 4 romans noirs.
À sa suite de nombreux auteurs de polars social, politique et de talent sont apparus à Marseille, comme Del Pappas (une quinzaine de polars dont Le Baiser du Congre aux Editions Jigal), Maurice Gouiran (plus de 10 romans à son actif qui mêlent avec force Marseille, l'Histoire et le polar), Bruno Leydet (Grand prix Littéraire de Provence pour son roman Sortez vos Morts), Philippe Carrese, Alain Pucciarelli ou Jean Contrucci qui tous, et chacun à leur manière, ont su tirer de cette ville la substantifique moelle.

Inscription immédiate au site de rencontre gay

Recherche par ville : Paris - Marseille - Lyon - Toulouse - Nice - Nantes - Strasbourg - Montpellier - Bordeaux - Lille - Rennes - plus de villes > Villes de France